San Blas, île disparue et villages de Mamaturpu & Rio Sidra (10-11 janvier 2017)

Mardi, je demande encore à Deolindo si on peut aller au pueblo ( village ) et il me dit que nous, les vagues sont encore trop fortes… Mais bon, trois italiens surfer charmants arrive sur île, enfin, je ne suis plus seule avec les Gunas ! On prend ça relaxe et on joue au volley-ball. Les vagues sont énormes et même que quelques cabanas sont innondées.
Par chance, en après midi, on va visiter une petite île pas trop loin pour faire de la plage. Tout est encore merveilleux, l’eau turquoise et le sable fin et blanc. Je me couche tôt car j’ai mal dormi avec les tempêtes d’hier.
Mercredi matin, je décide de faire une rébellion, ça fait 4 jours que je demande à Deolindo d’aller au pueblo, donc je demande aux 3 beaux italiens si ils veulent se mettre avec moi pour demander le pueblo. Je supplie Deolindo et lui dit que les gras aussi veulent venir. 
Donc, après dîner, il nous amène sur un banc de sable au milieu de l’océan. Il m’explique qu’il y a 30ans c’était une île avec des palmiers et qu’elle a disparue sous l’eau. La beauté des lieux est incroyable, nous avons de l’eau jusqu’aux genoux et l’eau est bleu très très clair, presque transparente. Après une bonne baignade, nous partons enfin vers le village.


Une fois arrivée au pueblo, Deolindo nous explique que la petite île est en fait, deux village, à gauche Mamartupu et à droite Rio Sidra. C’est tout petit et il y a plus de mille personnes qui s’entassent. Aujourd’hui c’est jour de fiesta! C’est la Féria. Les jeunes filles de 14ans mettent pour la première fois le costume traditionnel Guna, elles deviennent des femmes. Les hommes et les femmes sont entassée dans un grosse hutte de bambou, ils fument là cigarettes, boivent du rhum pur… Les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. Le chef de famille de notre île nous fait rentrer dans la hutte… C’est fou les réactions, tous viennent nous voir et nous toucher, nous demander comment on s’appelle et si on veut un shot de rhum ! On décline l’offre aimablement et on poursuit notre visite. 

J’ai eu le temps de prendre quelques photos, avant que Deolindo me dit que c’est interdit. Nous sommes bien accueillit, une fois le tour du village fait ( moins de 20 min ) ils nous laissent seul et nous dit qu’il nous attend au quai, que nous avons 2 heures. Donc moi et les italiens partons à la recherche de bières froides. Les enfants nous courent après, nous touchent, rient et nous parlent… Ils touchent tous mes tattoos et mes tresses…. Ils rient et il veulent que je les tiennent par la main et les mamans me mettent leur bébé dans leur bras. J’avoue que j’ai eu quelque fou rire à dealer avec les gars saouls mais ils ne sont pas méchants… Juste tannants.

Les italiens décident de jouer au basketball et au soccer avec les enfants sur la place publique. Moi je m’assois par terre avec les jeunes filles et on rient des garçons. Sérieusement, si vous pouviez, voir et comprendre ce que j’ai vécue… C’était magique ! Tout est dans ma tête et je suis bien contente de ma dernière journée ici !! Maintenant, c’est l’heure du dodo !! Il est 20h !! Je suis épuisée !! Demain, je quitte mon île déserte pour aller sur une autre île… Bocas Del Toro, la place surf-hippy-party du Panama !!! J’essaie de ne pas trop penser à la ride de bateau, la route sinueuse dans les montagnes et surtout… Le vol dans un petit avion vers Bocas !!
Aloha San Blas 

Aloha Guna

XX

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s